Page 314

98

2

PARALLÈLE.

milles et à leurs amis, et que des spéculateurs allaient expédier, comme autant de balles de laine ou de coton , aux extrémités du Sud ; ah! certes, quand de pareilles scènes venaient successivement affliger mes regards , il m'était impossible d'avoir une haute idée du bien-être de vos nègres esclaves. Le marché aux esclaves de Charleston se tient, m'a-t-on dit, en pleine rue, sous les murs mêmes de la bourse; c'est là que l'on ose vendre et acheter, sans pudeur aucune , des hommes nos semblables ! Quelques propriétaires charitables , il est vrai, refusent de vendre leurs esclaves, dans quelques circonstances que ce puisse être; et beaucoup d'autres se font un devoir de ne les vendre que par familles entières, et sans les condamner à de douloureuses séparations. Mais les lois qui gouvernent la banqueroute et l'exécution des testaments sont étrangères à ces sentiments délicats et tendres; et, quand une habitation vient à se dissoudre, quand on la vend, maris et femmes , pères et mères et enfants, sont souvent livrés, sans égard pour les nœuds qui les lient les uns aux autres, au plus offrant et dernier enchérisseur. Sous la menace continuelle de pareilles douleurs , où peut donc être le solide bonheur de l'esclave de l'Amérique septentrionale ? Je reviendrai donc

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement