Page 313

PARALLÈLE.

297

dans leur manière d'être, tout ce qui dénote la misère et le chagrin. En voyant de nombreuses troupes de noirs marcher à la suite, soit du maître à qui ils appartenaient, soit du marchand qui les avait achetés, pour se rendre à quelque habitation lointaine, les estropiés forcés de suivre le pas de leurs compagnons, et que leur faiblesse faisait boiter; en observant, dans les îles de la Caroline du Sud , une multitude de ces pauvres gens, occupés à éplucher du coton, travaillant comme s'ils eussent été sur le moulin de force, et la sueur dégouttant, ou plutôt tombant, comme une pluie, de tout leur corps , tandis que l'inspecteur était là tranquillement assis, ayant à ses côtés une longue verge armée d'une lanière de cuir de vache; entouré, comme je me suis vu, dans la geôle à nègres de Charleston, d'un grand nombre de noirs, qui y avaient été jetés sans l'application d'aucune loi, sans l'intervention d'aucun magistrat, mais en vertu de la seule volonté de leur maître, ou pour y subir le moulin de force, ou y recevoir le nombre de coups de fouet ( le maximum est de quinze) indiqué dans le billet dont ils étaient porteurs; lorsque enfin, dans ce dépôt de Baltimore où toute issue est armée de barres de fer, je visitais les infortunées créatures qu'on avait arrachées, pour les vendre, à leurs là-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement