Page 310

94

2

PARALLÈLE.

n'ignore pas non plus que la richesse d'un pays d'alluvion, tel que la Louisiane , et de fréquentes inondations , comme celles des rivières de la Caroline du Sud, peuvent réagir longtemps contre les causes qui, sans cela, amèneraient la décadence et la ruine. Mais c'est le privilége d'un homme d'Etat philosophe, quand il étudie les diverses statistiques de son pays, d'analyser et de classer les causes et les effets ; une chose donc qui, j'en suis sûr, n'a point échappé à ta perspicacité, c'est que le travail des esclaves, considéré dans son caractère propre et distinct, et abstraction faite de circonstances avec lesquelles il n'a aucune connexité nécessaire, a pour tendance uniforme l'épuisement et la dépréciation du sol. C'est là aussi une conséquence qui est dans l'ordre de la nature; mais n'oublions pas que l'ordre de la nature n'est qu'une exécution de la volonté de Dieu lui-même : « Il change une terre fertile en un aride désert, à cause de la méchanceté de ceux qui y demeurent. » IV. Bien-être des noirs. — Rien de plus éloigne de ma pensée que d'entasser accusation sur accusation contre les propriétaires d'esclaves des Etats du Sud. J'ai trouvé chez tous ceux avec qui j'ai été en relation des qualités aimables et bienveillantes , et je me plais à rendre ici témoignage à la bonté et aux égards avec lesquels ils

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement