Page 307

PARALLÈLE.

291

récemment, pendant mon voyage dans la Caroline du Sud , je n'ai pu , sans étonnement, m'entendre dire que l'entretien d'un esclave, sur les habitations où les esclaves sont libéralement traités, ne va pas à moins de 5o dollars par an. Trois cents esclaves, à 5o dollars, coûtent donc annuellement 15,000 dollars , ou , en les mettant au taux plus bas de 3o dollars, pour ne rien exagérer, il en résulte une dépense de 9,000 d. Mais ces 300 esclaves représentent un capital énorme; encore aujourd'hui, en effet, à Savannah et à Charleston, un bon esclave mâle coûte 1,000

1,500.

dollars, et va même quelquefois jusqu'à Prenons 500 comme prix

moyen des

hommes, des femmes et des enfants, et ces 3oo esclaves représenteront un capital de

50,000

1

dollars, dont l'intérêt à 6 pour cent est de 9,000; et en y ajoutant l'autre somme de 9,000 dollars pour leur entretien, on a chaque année un article de débit véritablement effrayant à faire figurer au compte des profits et pertes d'un propriétaire. Le haut prix du coton, du riz et du sucre, peut, pendant un temps, couvrir et au delà cet article ; mais il est ruineux de sa nature et doit, presque infailliblement, amener une déconfiture. Donnez au contraire à 50 travailleurs libres

2

dollars 50 cents de gages par

semaine, et faites-leur payer aussi par semaine

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement