Page 301

E.

PARALLÈL

285

parler sont d' une haute et incontestable importance, il en est un quatrième, qui les renferme à la fois et pèse plus qu'eux tous dans la balance ; c'est la diffusion du christianisme vital. Je sais que l'alarme était grande, surtout dans ce pays, au sujet de l'émancipation ; on craignait que les nègres, affranchis des liens de l'esclavage, n'eussent rien de plus pressé que de laisser là tout à la fois leurs maîtres et leurs ministres. Mais la liberté est venue, et non-seulement ils n'ont point abandonné leurs maîtres, mais leurs instituteurs religieux leur sont devenus plus chers que jamais. À l'ombre de la liberté, les églises et les lieux de réunions pieuses se sont multipliés et agrandis; ils ont été fréquentés avec plus de régularité et de dévotion ; dans beaucoup de cas, les congrégations se sont élevées à plus du double; la conversion des âmes surtout, nous sommes fondés à le croire, a pris une extension inconnue auparavant dans ces colonies. Sous le point de vue religieux, ainsi que je l'ai déjà fait entendre plus haut, il est très-vrai que, dans beaucoup de localités, «le désert a commencé à fleurir comme une rose. » « Au lieu du buisson a crû le sapin, et au lieu de l'épine a crû le myrte.» (Ez. LV. 15.) A Washington, dans nos entretiens avec les

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement