Page 300

284 PARALLÈLE.

des nègres, sous la liberté, égale et même surpasse leurs progrès dans le bien-être. A ce chef se rattachent trois points qui méritent une place marquée dans notre souvenir et dans la relation de notre voyage : le premier est l'accroissement rapide et le vaste développement de l'éducation élémentaire et religieuse; de tous les côtés se multiplient les écoles pour les enfants, pour les jeunes gens et pour les adultes; le second est la diminution graduelle et bien prononcée du nombre des crimes, diminution qui, dans plusieurs quartiers de la campagne, équivaut presque à une extinction totale ; le troisième est l'heureuse révolution qui a presque partout substitué des mariages réguliers à l'usage général et presque universel d'un déplorable concubinage. « Le concubinage, dit le docteur Stéwart, dans une lettre qu'il m'adresse, celte pratique presque universelle des gens de couleur, a entièrement disparu parmi eux : il n'y a pas aujourd'hui une seule jeune femme de couleur' qui ait la pensée de s'engager dans cette espèce de relations. » Il y a plus : cette amélioration morale des noirs se reflète sur la population blanche; on voit, peu à peu, les inspecteurs, les gérants et autres, renoncer à ce commerce criminel, et contracter des mariages respectables. Mais si les trois points dont nous venons de

Un hiver aux Antilles en 1839-40  
Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement