Page 299

PARALLÈLE.

283

et de la viande, et nous rappellent ainsi ce que nous avons dit de la propreté et de la décence de leur tenue, dans nos réunions, de l'élégance de leurs habits de mariage, de cette immense consommation d'oeufs dans leurs repas de noces, du vin dont ils ont une petite provision dans leurs chaumières, et qu'ils offrent au voyageur fatigué, de leurs bottes et de leurs souliers qu'ils craignent tant de salir dans la boue, des mulets et des chevaux qu'ils montaient pour se rendre à nos chapelles, de leurs dîners à piquenique, de ces banquets où préside la tempérance, et consacrés à célébrer leur liberté reconquise. Qu'on se rappelle surtout leurs petites propriétés si bien cultivées, si riantes, et cette lente, graduelle, mais incessante accumulation de richesse. Partout où ils sont convenablement traités, les travailleurs de la Jamaïque sont déjà dans une situation beaucoup plus heureuse. Qu'on leur apprenne à améliorer la construction , les distribution et l'ameublement de leurs chaumières, à préférer aux articles de luxe et d'ostentation tous ceux qui contribuent à un solide bien-être et aux véritables jouissances domestiques, et bientôt l'on cherchera vainement dans quelque contrée de l'Europe que ce puisse être , une population villageoise plus heureuse que les anciens esclaves. V. Enfin , l'amélioration morale et religieuse

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement