Page 298

282

PARALLÈLE.

autre côté, j'ai la preuve qu'à partir de l'époque de la liberté absolue, ils ont été, dans quelques colonies, partiellement du moins, assujettis à mille vexations et à une oppression systématique; que dans d'autres les salaires sont trop bas, que les pauvres et les malades ne sont pas toujours soignés comme ils devraient l'être, et enfin que, dans beaucoup de cas, on leur a retiré les secours de la médecine. Cependant il est vrai de dire qu'à tout prendre , il s'est opéré dans leur état, et dans tout ce qui peut contribuer à leur bien-être physique, une prodigieuse amélioration. D'abord ils ne sont plus sous le poids douloureux d'une perpétuelle contrainte ; ils jouissent du plaisir de l'indépendance; le fouet, les cachots, le moulin de force, tous ces instruments de torture ont disparu : ensuite leurs vêtements et leur nourriture sont infiniment meilleurs que sous l'esclavage. Le fabricant de bas , le drapier, le tailleur, le cordonnier et l'épicier les comptent aujourd'hui au nombre de leurs pratiques les plus assidues; fait qu'il est impossible de remarquer sans une bien douce satisfaction, et dont l'accroissement des importations, accroissement considérable, presque du double, nous fournit à la fois la preuve incontestable et l'heureuse conséquence. Tous mangent aujourd'hui du pain

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement