Page 293

PARALLÈLE.

277

croire que c'était le travail à la tâche ou à l'entreprise qu'avait en vue l'un des magistrats les plus éclairés de Saint-Christophe, quand il me disait du ton de la conviction la plus intime : «Oui, promettez-leur, assurez-leur un juste salaire, et vous serez étonné de la quantité d'ouvrage que vous tirerez des nègres. » II. Une plus grande somme de travail offerte au marché a pour conséquence naturelle de diminuer le prix du travail. C'est ce qui arrive à la Jamaïque, ainsi que le démontrent trèsclairement les épreuves faites par A. R. et ses amis, sur la paroisse de Manchester. Dans les diverses îles que nous avons visitées, les planteurs se trouvent pécuniairement soulagés d'une manière très-sensible, depuis qu'ils n'ont plus à leur charge la portion improductive des esclaves qu'une cause ou une autre réduisait à l'incapacité. Dans quelques cas, cette économie est égale à la moitié des frais d'exploitation de l'ancien régime. Un planteur qui avait trois cents esclaves auxquels il était forcé de fournir la nourriture, le vêtement, le coucher, les ustensiles de ménage et les secours de la médecine, sans compter ici les blancs qu'il était obligé d'employer, l'achat des fouets et l'entretien des cachots, ce planteur se trouve aujourd'hui affranchi de toutes ces charges; au lieu de tous

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement