Page 29

ET

ARRIVÉE

SOLS

LES

TROPIQUES.

13

a subi le travail de la houe; mais dans les parties déjà couvertes de cannes à sucre, l'œil se repose doucement sur une verdure brillante; on aperçoit çà et là de jolis établissements de planteurs, écartés les uns des autres, et composés d'une maison d'habitation, d'une bouillerie , d'un nombre plus ou moins grand de cases à nègres, et d'un moulin à vent, construit sur quelque hauteur voisine, pour broyer les cannes; des cocotiers , avec leurs tiges longues et effilées, leur branchage tombant , d'un aspect bizarre mais élégant, sont disséminés sur toute cette scène et en achèvent la décoration. Nous débarquâmes à Fredericksted ou WestEnd , deux semaines juste après notre départ de New-York. D'excellentes pensions, parfaitement accommodées pour les malades , étaient prêtes pour la réception de tous les passagers. De notre côté, nous trouvâmes un logement aussi tranquille que commode chez notre bonne amie, Rebecca Rogers, dont nous ne pouvons trop recommander la maison à l'attention des voyageurs aux Antilles. Au moment même de notre débarquement, nous fûmes désagréablement affectés de la chaleur de l'atmosphère, comparable à celle d'une serre chaude; mais nous ne tardâmes pas à savourer la fraîcheur d'une délicieuse brise de l'est , qui manque rarement de souffler à

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement