Page 28

12

DÉPART

DE

NEW-YORK

de cinq dollars et demi par mois chacun, outre leur nourriture; c'est ainsi que, sous le nouveau système, ils gagnaient leur vie par une honnête industrie, et, autant que nous en pouvions juger, ils paraissaient gens de bonne conduite et fort contents de leur condition. Vers le soir, au moment même où quelquesuns de nos compagnons commençaient à se décourager et à perdre patience, une brise favorable s'éleva; la nuit était douce et claire, et le ciel étincelait d'une multitude d'étoiles. Nos passagers s'assemblèrent sur le gaillard d'arrière, pour jouir de tous les enchantements de cette scène; l'idée que nous allions promptement arriver au ternie de notre voyage mettait tout le monde de bonne humeur, et le lendemain matin un vent propice nous poussa dans le port. Sainte-Croix , pour celui qui y arrive du nord, se présente sous l'aspect le plus riant et le plus pittoresque ; nous surtout, qui avions été si longtemps en mer, et pour qui les paysages des Antilles étaient tout à fait nouveaux, nous ne pouvions nous lasser d'admirer la beauté de celui que nous avions sous les yeux, et dont l'assiette consiste en une chaîne de collines et de montagnes sphériques ou coniques, cultivées jusqu'à leur sommet; une couleur rougeâtre, qui est en général celle du sol, domine partout où la terre

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement