Page 27

ET

ARRIVÉE

SOLS

LES

TROPIQUES.

11

des esclaves y ont été introduits. On a tout lieu de craindre que non-seulement elle ne devienne l'entrepôt des négriers de Cuba et de Porto-Rico, mais encore qu'elle-même ne se peuple peu à peu d'esclaves importés d'Afrique. On pourrait mettre en question si la Grande-Bretagne n'aurait pas des droits plus anciens à la possession de cette île ; et dans ce cas il serait fort à désirer, pour l'amour de l'humanité, qu'elle ne négligeât pas plus longtemps de les faire valoir. Pendant que le calme nous tenait dans cette immobilité, nous aperçûmes deux jeunes nègres qui, s'étant détachés d'un sloop mouillé à distance, se dirigeaient vers nous , montés dans une méchante petite embarcation qu'ils manœuvraient avec une merveilleuse adresse, à l'aide de leurs pagayes. Nous nous plaisions à supposer qu'ils nous apportaient des provisions de fruits; mais à leur arrivée il se trouva que leur mission était tout simplement de nous demander un peu d'eau et quelques vivres. Toutefois, cette entrevue n'en fut pas moins intéressante pour nous : c'étaient les premiers esclaves émancipés que nous rencontrassions dans les Antilles. Ils venaient de VirginGorda, et étaient, ainsi que trois autres, employés par le capitaine du sloop , nègre lui-même , à couper du bois dans l'île des Crabes, pour le service de l'hôpital de Sainte-Croix. Leur salaire était

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement