Page 265

LA

JAMAÏQUE.

249

travailler a gages avec leurs frères sur les habitations voisines. Il y a encore à Porus une autre congrégation et une école dépendantes de la société missionnaire de Londres. Nous apprîmes du missionnaire que, la veille, un prétendu instituteur, nègre ignorant, lui avait débauché une partie de son troupeau. On dit qu'il y en a un assez grand nombre de cette espèce dans l'île, et ce qu'on nous a rapporté du caractère de ces singuliers docteurs et de l'effet qu'ils produisent, est véritablement fâcheux ; heureusement leur influence est peu de chose comparée à celle des missionnaires, et, suivant toutes les probabilités, cessera entièrement à mesure que l'instruction se répandra. Nous nous trouvions encore une fois de niveau avec la mer, et, après avoir traversé une savane qui ne nous offrait aucun intérêt, nous arrivâmes aux Four-Paths (Quatre-Sentiers), autre village de la paroisse de Clarendon, et lieu de notre destination. Nous y fûmes accueillis on ne peut plus cordialement par William Barrett, qui y dirige une chapelle et une très-bonne école de la société missionnaire de Londres. Un autre établissement missionnaire baptiste est confié aux soins de Henri Reid. Tous les deux réunissent de nombreuses congrégations, et, en véritables frères chrétiens, sont unis de cœur pour

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement