Page 26

10

DÉPART

DE

NEW-YORK

raire nous conduisait près du passage de la Vierge. Pendant une nuit très-claire, quoique sans lune, nous nous trouvâmes dans le voisinage d'un écueil dangereux, appelé la Roche sous voile. Telle est en effet sa ressemblance avec un vaisseau couvert de lotîtes ses voiles, qu'un jour, dit-on, une frégate française se mit à le canonner, croyant tirer sur un bâtiment ennemi. Nous nous aperçûmes que nous marchions directement sur cet écueil, notre second n'ayant point réussi dans les efforts qu'il faisait pour l'éviter ; mais, par une bordée courue à temps , nous échappâmes à ce choc, presque inévitable. Le lendemain matin, nous fûmes pris d'un calme en vue de Sainte-Croix, dont nous n'étions plus éloignés que de quarante milles. Sur notre droite , mais aussi à une grande distance, était l'île des Crabes, que l'on dit d'une richesse et d'une fertilité extraordinaires. Cette île est, dit-on, encore couverte en grande partie d'excellent bois de construction; ses forêts abondent en perroquets, en bêtes sauvages et en gibier de toute espèce. Pendant longtemps aucun établissement , aucune puissance n'en réclama la souveraineté; mais depuis quelques années elle est tombée entre les mains de l'Espagne, et on la regarde comme une sorte d'annexe de PortoRico. Un Français en est le gouverneur, et déjà

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement