Page 254

238

LA

JAMAÏQUE.

clavage ou l'apprentissage, on serait parvenu à le bâtir; il n'y a pas une chaîne qui eût coûté moins de 5 liv. st. argent de la colonie, ou 15 dollars, d'après le prix de la main-d'œuvre; sous la liberté, il n'a pas coûté plus de 3 dollars et demi à 4 dollars la chaîne, c'est-à-dire, moins d'un tiers de ce qu'il m'eût fallu la payer autrefois. Et ce qu'il y a ici de plus remarquable encore, c'est que tout cela a été entrepris et achevé sous le stimulant du travail à la tâche, par un nègre infirme qui, au temps de l'esclavage, passait sa vie dans une inaction absolue. » Je ne donne ici notre entretien qu'en substance, en ajoutant que tous ces faits me furent confirmés ensuite par le propriétaire lui-même. Comme si la main vivifiante de la liberté eût infusé un sang nouveau dans les veines de ce pauvre invalide, il était parvenu à exécuter un très-beau travail; il avait notablement amélioré la propriété de son maître, et enfin il avait gagné lui-même une assez jolie somme. Ce trait, on ne saurait le nier, jette un jour admirable sur les principes de la cause que nous défendons; ce trait seul en vaut mille. Quelques autres détails cependant, relatifs au même point de la discussion, me paraissent propres à intéresser et à réjouir les amis de la liberté. Je les puise dans une lettre déjà citée de

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement