Page 252

236

LA

JAMAÏQUE.

pat d un salaire, surtout pour un travail à la tâche, fournira beaucoup plus d'ouvrage qu'un malheureux esclave sous l'impulsion du fouet, et qu'en conséquence, soit pour le travail sur une petite échelle, comme dans quelques opérations particulières qui se donnent à la tâche et à l'entreprise, soit pour les grands travaux d'ensemble que nécessite l'exploitation d'une habitation, on peut se procurer des bras à bien meilleur marché aujourd'hui que sous l'ancien système. La question tout entière peut être renfermée dans l'argument ci-après : la population étant la même dans les deux cas, une portion plus considérable de cette population est mise en activité sous la liberté que sous l'esclavage; et chaque individu de cette portion active fait plus d'ouvrage sous le régime de la liberté que sous celui de l'esclavage; donc le travail, considéré comme denrée, est en plus grande abondance sur la place; donc aussi le travail tombe nécessairement à un prix plus bas sous la liberté que sous l'esclavage. Mais chez A. B. et ses amis, cette vérité n'est pas seulement la conséquence d'un syllogisme inattaquable, mais le résultat d'un compte, sorte de logique non moins convaincante. Les frais d'exploitation d'une des habitations de A. B., en 1837, sous l'apprentissage, s'étaient élevés à 2400 I. argent de la co-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement