Page 248

232,

LA

JAMAÏQUE.

faire la connaissance; c'étaient le docteur Davy, custos de Manchester, et le docteur Stewart, ecclésiastique aussi distingué par ses vues éclairées que par son immense influence, et, autant que je puis me le rappeler, curé salarié de la paroisse. Rien de plus rationnel et d'un succès plus infaillible que le système adopté par A. B. ainsi que par le docteur Davy, pour l'administration des habitations qu'ils ont à diriger. On dit que l'un et l'autre s'étaient autrefois fortement prononcés contre l'émancipation ; mais ils ont été assez sages pour ne pas vouloir lutter contre le courant et pour essayer de la liberté avec confiance et bonne foi. Chez eux les questions de loyers et de salaires sont complètement distinctes; le loyer est basé sur la valeur en argent des objets loués, et se paye par quartiers; d'un autre coté, ils allouent à leurs travailleurs un salaire honnête, quoique modéré, et ils les payent ponctuellement chaque semaine et en espèces. Ils ont aussi adopté le système du travail à la tâche ou à l'entreprise, ce qui ajoute encore au stimulant naturel des salaires. Ils font construire de bonnes cabanes pour leurs ouvriers, et leur louent ou vendent des pièces de terre, de manière à les rendre tout à fait indépendants. Ils s'assurent ainsi une population nombreuse de travailleurs dont l'éducation et

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement