Page 247

LA

JAMAÏQUE.

231

dante et fraîche au voyageur et au travailleur. Notre obligeant ami, le jeune médecin, connaissance nouvelle, mais non moins précieuse pour nous, était notre guide; et ce fut lui qui, au moment où la nuit allait nous envelopper, nous conduisit au lieu sauvage et romantique où nous avions l'intention de loger. Il me fit cadeau plus tard d'un échantillon parfaitement conservé d'une conque fossile de l'espèce, à ce que je crois, de celles qui se trouvent communément sur la cote; il l'avait tirée d'un banc de chaux situé à deux mille pieds au-dessus du niveau de la mer. Nous arrivions à la résidence d'un homme éclairé, planteur et gérant, qui administre une vingtaine de caféières et que je désignerai par les lettres A. B., n'ayant pas la permission de le nommer. Il n'était pas chez lui; mais les domestiques s'empressèrent de nous servir un bon repas et de nous donner un logement commode; on peut croire qu'après un voyage si fatigant, ce ne fut pas une médiocre jouissance pour nous que de trouver un lieu de repos, entouré d'un paysage délicieux et au sein d'une heureuse population. Le lendemain matin nous vîmes arriver A. B., et nous reçûmes aussi la visite de deux hommes dont nous avions particulièrement à cœur de

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement