Page 245

LA

de ses

JAMAÏQUE .

229

nègres refusaient aujourd'hui de travailler

pour lui. « Mais voyons un peu, mon ami, lui disje, pourquoi ne travaillent-ils pas pour toi ? Estce que depuis la liberté tu aurais fait quelque tentative pour les forcer au travail ? — Je ne nie pas, me répondit-il, que je n'aie usé d'un peu de contrainte , mais d une contrainte bien douce. »

Cette réponse était le mot de l'énigme, et la cause de ses embarras était claire pour moi; j'appris plus tard, en effet, que sur son habitation la question du travail et celle du

lover

avaient été imprudemment amalgamées,et qu'on avait fait

de

celle-ci un moyen absolument

arbitraire pour forcerl'autre; véritable esclavage sous une autre forme, auquel la population agricole de la Jamaïque est trop éclairée sur ses droits et sur ses intérêts pour se soumettre longtemps. Passionnément attachée à ses humbles foyers, elle profite de toutes les occasions dont elle peut

attendre un meilleur sort, et déserte

par degrés les habitations où elle cesse d'espérer un traitement plus humain et plus juste. Déjà fatigués d'une longue

marche,

nous

avions encore plusieurs milles à faire par des chemins raboteux, difficiles, avant d'arriver à une habitation bien connue dans ce quartier, et où nous nous proposions, quoique étrangers, de demander l'hospitalité. Nous nous trouvions

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement