Page 243

LA

JAMAÏQUE.

227

deux files de rochers, ce chemin que nos pauvres chevaux éreintés n'auraient jamais pu franchir avec nos voitures, et dont les bœufs se tirèrent avec une étonnante facilité; il suffit même de quatre paires, au lieu de huit, pour ce coup de collier. Quant à nous, nous cheminâmes à pied de notre mieux, et fûmes agréablement récompensés de nos fatigues, non-seulement par les beautés sauvages du site, mais encore par la société de plusieurs voyageurs aussi aimables qu'éclairés, qui nous rejoignirent. Un d'eux était un jeune médecin très-répandu et connaissant parfaitement tous les environs; nous allions entrer sur le territoire de la paroisse de Manchester. Tout ce qu'il nous dit fut la confirmation la plus complète de ce que nous avons avancé précédemment, savoir, que partout où d'imprudentes tentatives pour obtenir le travail par la contrainte et par la violence viennent traverser l'action de la liberté, on trouve décadence et désertion, et que partout, au contraire, où le nouveau système peut se développer sans entraves, il y a prospérité et progrès. Les preuves de cette observation s'accumulaient à mesure que nous avancions dans notre voyage. Au nombre des personnes que nous rencontrâmes sur la route, étaient deux planteurs de café, propriétaires résidants. L'un des deux, partisan du

15.

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement