Page 240

224 LA

JAMAÏQUE.

devait mettre notre courage a une rade épreuve, par les épouvantables difficultés qui nous attendaient au passage d'une certaine montagne. Deux ou trois routes s'offraient à nous; mais, d'après tout ce qu'on nous en disait, il était très-problématique que nous pussions jamais, avec des voitures à quatre roues et des chevaux déjà épuisés de fatigue, surmonter les obstacles dont nous étions prévenus. Comme la seule alternative qui nous restât était de perdre plusieurs jours en revenant sur nos pas par la longue route que nous avions déjà parcourue , nous n'étions pas sans inquiétude sur le parti quelconque auquel nous allions nous arrêter; mais nous fûmes bientôt tirés de ce souci par l'obligeance de notre ami Ricketts, magistrat salarié, qui vint nous voir à notre auberge, nous invita à visiter une habitation qu'il régit pour un de ses parents d'Angleterre, et nous promit de faire monter nos voitures dans cet inévitable passage de montagne, en y attelant huit paires de bœufs. Lelendemain matin, de bonne heure, nous vîmes arriver à cheval un de ses travailleurs qui devait nous servir de guide jusqu'à Bartons, à six milles de là. Nous y trouvâmes tous les signes de la prospérité : récolte excellente,cultures dans le meilleur ordre, travailleurs actifs, satisfaits de leur état, et se contentant d'un salaire modéré. L'histoire de

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement