Page 237

LA JAMAÏQUE.

221

fournit un logement agréable et commode, et nous renvoya le lendemain matin, après déjeuner, en nous comblant des plus affectueuses bénédictions. Nous crûmes toutefois remarquer en lui un fâcheux découragement, en raison de la difficulté qu'on éprouve dans ce quartier à se procurer des bras ; et tout en reconnaissant que l'état des choses à cet égard commençait à s'améliorer, il se plaignait avec un peu d'amertume peut-être de ce qui se passait autour de lui. Des renseignements subséquents nous ont portés à croire que le manque de bras, dans ce quartier, comme dans quelques autres, se rattachait intimement au taux exorbitant des loyers. Ce qui indiquerait, peut-être, chez notre ami, un caractère trop prompt à voir les choses du mauvais côté et à s'inquiéter, c'est ce qu'il nous a raconté lui-même, qu'il avait vendu, il y a quelques années, une excellente sucrerie, celle de G....., , pour la somme modique de 1,500 livres sterling. « Et quelle valeur donnes-tu aujourd'hui à cette propriété, ami Mercey ? » lui demanda l'un de nous. — « Je la porte à dix mille livres sterling, M nous dit-il, sans nous faire attendre sa réponse : nouvelle preuve pour nous, preuve palpable que, malgré quelques difficultés accidentelles, quelques embarras momentanés, la Jamaïque est sur la voie d'une prospérité solide. Nous ne

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement