Page 23

ET ARRIVÉE SOUS LES TROPIQUES.

7

leur splendeur, et je crois n'avoir jamais vu une profusion d'azur, de lilas, d'outremer, de vert, d'oranger et de cramoisi comme celle dont le ciel était revêtu une demi - heure environ avant le lever du soleil. Le coucher de cet astre, dans ces chaudes régions, est également remarquable par l'agréable mélange de toutes les couleurs qui se succèdent et se fondent dans la teinte générale de l'horizon; mais il n'est pas, selon moi, d'une magnificence comparable à celle de son lever. Je ne puis m'empêcher de donner ici un souvenir à une de nos compagnes de voyage. En proie à la plus douloureuse anxiété, elle veillait près du berceau de son fils, jeune et joli enfant qui semblait près de lui échapper et de tomber des bras maternels dans ceux de la mort. Un soir, à l'aspect d'un nuage noir bordé d'un or pur, la pauvre mère y voyant tout à la fois l'emblème de sa douleur et de ses espérances, composa à ce sujet quelques vers pleins d'une touchante mélancolie, et dont la lecture nous émut profondément. Il est rare qu'un voyage n'offre pas quelques agréables distractions; mais c'est surtout lorsqu'on traverse les tropiques qu'on ne doit pas craindre d'en manquer. La nature ne cesse d'y offrir aux regards de l'observateur quelque objet intéressant, et la mer, dans la perpétuelle mobi-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement