Page 225

LA

JAMAÏQUE.

209

vaux, l'inspecteur nous dit qu'il occupait cent travailleurs, aux gages d'un shelling sterling à un demi-dollar par jour, qu'il n'avait qu'à se louer de leur conduite , et que tout allait le mieux du monde. En l'absence de William Knibb, nous fûmes reçus chez lui par son digne représentant, le frère Ward, qui nous fit l'accueil le plus cordial. Nous nous rendîmes ensuite à la chapelle où nous attendaient sept ou huit cents individus qui parurent prêter une oreille attentive aux exhortations que nous hasardâmes de leur adresser, dans le langage le plus simple, sur plusieurs points de morale pratique, tels que la culture du sol, l'éducation de leurs enfants, la lecture journalière des saintes Écritures, les devoirs des mères, etc. Le lendemain matin , nous visitâmes la prison et la maison de correction de la paroisse de Trelawney ; deux prisonniers seulement étaient dans la première , et un seul dans la seconde : c'était un matelot blanc. Du temps de l'esclavage et de l'apprentissage, les misérables hôtes de cette maison de correction allaient quelquefois de quatrevingts à cent. Nous n'eûmes qu'à nous féliciter de nos visites aux ministres écossais et wesleyen, et à l'ecclésiastique de l'église de la paroisse, qui a sous sa direction une école quotidienne de trois cents enfants. C'est ainsi que, sous diverses

14

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement