Page 223

LA

JAMAÏQUE.

207

en eux une salutaire inquiétude sur l'état de leurs Ames. Ce délicieux village est entouré de collines verdoyantes qui l'enveloppent comme un nid; tout s'y améliore, tout y prend une face, nouvelle, sauf un petit édifice d'un aspect sombre et sinistre, qui, cependant, est aujourd'hui abandonné et sans emploi : c'était, durant l'esclavage et l'apprentissage , le donjon et le lieu des flagellations publiques. Nos amis nous assurèrent que ces scènes de cruauté avaient lieu généralement une fois par semaine; et c'était en vain qu'ils cherchaient à se dérober aux cris déchirants des infortunés dont le fouet sillonnait les flancs. Aujourd'hui, sous l'ombre du drapeau de la liberté,on peut dire que ce désert, semé jadis de ronces et d'épines fleurit comme « la rose de Saron.» On nous fit un éloge complet de la manière dont les nouveaux affranchis travaillaient sur les habitations du voisinage, excepté seulement là où ils ont eu à souffrir de l'application de ce système oppressif des loyers dont nous avons parlé ci-dessus. Avant de quitter Brownstown , le lendemain matin, nous nous rendîmes chez le

ministre

wesleyen, et rencontrâmes à sa porte une noce nombreuse entièrement composée de familles de travailleurs ; tout le monde était habillé avec soin, et à cheval. Dans quel village de la Grande-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement