Page 221

LA

JAMAÏQUE.

205

escarpement ; ce fut grâce à eux que nos cochers purent enfin arriver au terme de leur voyage, ce qui leur eût été impossible autrement. « Ne vous inquiétez pas , Massa, disait un de ces aides si empressés à un de nos compagnons, ne vous inquiétez pas, tout ira bien.» — « Massa veut-il un peu de vin ? » dit une négresse sortie d'une chaumière située sur le bord de la route, au même Ami qui demandait un verre d'eau. Il n'est pas douteux que le vin ne fût là sous la main, et la bonne femme le trouvait fort de saison dans un moment d'aussi grande fatigue; plusieurs bouteilles vides que l'on voyait dans un coin de la chambre attestaient d'ailleurs qu'elle était dans l'usage de faire ainsi preuve de ses dispositions hospitalières. Notre ami se mit en devoir de payer, mais son argent fut refusé avec une politesse tout aimable : un remercîment, dit la négresse, vaut mieux pour moi que votre argent. Nous étions là au milieu d'une population chrétienne, et en traversant, mon compagnon et moi, cette campagne qui nous offrait toutes les beautés, tous les enchantements d'une nature sauvage, nous rencontrâmes des groupes de villageois qui venaient de finir leur journée, et s'avançaient à notre rencontre. Spectacle touchant, surtout quand on y associe le souvenir des trai-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement