Page 220

204

LA

JAMAÏQUE.

les eaux de la mer, du vert le plus brillant. On nous avait dit qu'au haut de cette montagne nous trouverions Brownstown, où nous avions indiqué une réunion de culte pour le soir; mais à notre grand déplaisir, arrivés au sommet, nous vîmes que nous nous étions fourvoyés ; nous étions à Antrim, habitation située à huit milles du lieu de notre destination, et le chemin de la montagne, qui passe entre ces deux endroits, était regardé comme impraticable pour les voitures. Les nègres de ce village accoururent autour de nous, nous offrant leurs secours, et s'empressant de nous apporter, pour nous rafraîchir, des vases pleins de lait de coco. Plusieurs d'entre eux, malgré la distance, allaient se mettre en chemin pour se rendre à la réunion : car ce sont des hommes remplis de zèle et qui ne craignent pas d'aller trop souvent à l'église. John Candler et moi, escortés par deux de ces bons nègres et montés sur des bidets qu'ils nous avaient prêtés avec une obligeance parfaite, nous nous remîmes en route ; nos autres compagnons marchaient lentement derrière nous, avec les voitures , et aidés par une troupe de ces braves gens. Il est impossible d'avoir plus de bontés et d'attentions qu'ils n'en eurent pour nous, tantôt retenant les roues, quand il fallait descendre, tantôt poussant la voiture, quand il s'agissait de gravir quelque

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement