Page 22

6

DÉPART

DE

NEW-YORK

porte point l'attouchement de l'homme : à peine eus-je pris celui-ci, qu'il eut une convulsion et expira dans ma main. Le soir nous eûmes autour de notre bâtiment, à mesure que le vent le poussait, une illumination phosphorescente d'un éclat extraordinaire. Quoiqu'il n'y eût pas de lune, on aurait pu supposer facilement que cet astre était sur l'horizon. Les vagues étaient éblouissantes, on eût dit qu'elles lançaient des étincelles. Plus nous avancions dans la zone des tropiques, plus l'atmosphère semblait s'épurer; on y eût vainement cherché la brume la plus légère ; il était rare qu'un nuage vint obscurcir le soleil, et, la nuit, le ciel et les astres resplendissaient de la plus vive clarté. La lune, dans ces latitudes, s'élève presque au zénith, et un grand nombre d'étoiles, qui appartiennent à l'hémisphère méridional, se montrent à l'observateur. Un matin, avant le point du jour, le capitaine me fit monter sur le pont pour me montrer la Croix-du - Sud , constellation d'une rare beauté. Il est vrai qu'une des cinq étoiles qui forment la croix n'est que de la deuxième grandeur, et ne se trouve pas placée exactement comme il le faudrait, ce qui nuit un peu à la régularité de la figure dont elle porte le nom. En me tournant vers l'est, je pus jouir d'un spectacle plus admirable encore : le croissant de la lune allait bientôt s'effacer; Vénus et Mars étaient dans toute

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement