Page 219

LA

JAMAÏQUE.

203

ressemblât à cette ruine que quelques individus avaient pris à tâche de prophétiser à la Jamaïque; nous y voyions précisément le contraire. Les deux côtés du chemin étaient bordés de haies bien entretenues, et que décoraient plusieurs espèces de convolvulus en pleine fleur. Après avoir parcouru quelques milles, pour nous conformer, du moins nous le supposions, aux indications qui nous avaient été données, nous nous éloignâmes de la mer, pour gravir à notre gauche la pente escarpée d'une haute colline, couverte d'arbres à piment. Ces arbres sont d'une beauté remarquable, assez ressemblants à l'oranger, mais beaucoup plus élevés; leur écorce est lisse, et l'on dirait qu'on la dépouillée d'une première enveloppe extérieure ; leurs feuilles sont d'un vert foncé, luisantes et d'une odeur aromatique. Ils donnent une baie qu'on appelle toutesépices, qui ne se vend maintenant qu'à très-bas prix, et récompense assez médiocrement les peines et les frais du cultivateur. A mesure que nous avancions tranquillement à pied, le long d'une pente escarpée, et à travers ces bosquets odoriférants, le paysage s'embellissait d'un charme nouveau; au-dessous de nous paraissait Cardiff-Hall, ancienne plantation qui ressemblait à un immense parc ; tout près de là, un grand bois de cocotiers, et, dans le fond du tableau,

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement