Page 217

LA

JAMAÏQUE.

201

la ville, la baie, les bâtiments qui sont clans le port, et les magnifiques champs de cannes qui se déploient à droite et à gauche dans la plaine. Cette petite ville voit sa prospérité s'accroître chaque jour sous le régime de la liberté; de nouvelles maisons sont en construction et la valeur des propriétés du voisinage a plus que doublé. Il est telle pièce de terre qu'on aurait pu avoir, il y a cinq ans, pour 100 l. st., et qu'aujourd'hui le propriétaire ne donnerait pas pour 5oo. Tous les renseignements qui nous sont parvenus sur ce quartier sont pleinement satisfaisants. Sur plusieurs grandes propriétés voisines de la ville, les loyers et les salaires ont été réglés indépendamment les uns des autres, et tout y marche à souhait ; mais il en est d'autres où l'on s'est obstiné à faire du loyer un moyen de forcer les nègres au travail, et il en est résulté des querelles et une confusion fâcheuse. Un planteur de la paroisse de Sainte-Anne a tiré 3000 l. st. net de sa dernière récolte, et il n'hésite pas à reconnaître que son exploitation est plus facile et à meilleur marché que du temps de l'esclavage. Un autre, que l'on avait entendu avant l'émancipation se répandre en plaintes amères sur ce qu'il appelait une ruine inévitable, venait de refuser une somme considérable qu'on lui offrait pour sa propriété, et avait fini par

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement