Page 212

196

LA

JAMAÏQUE.

uns et des autres. Les écoles se rattachent toutes, comme il est naturel de le supposer, à l'une ou à l'autre de leurs nombreuses congrégations. Nous avons vu jusqu'à cinq cents enfants nègres réunis dans la chapelle de J. M. Philippe. Comment calculer les avantages moraux que la population noire doit nécessairement tirer de ces efforts pour la cause de la religion, efforts dont l'efficacité a presque doublé depuis l'abolition de l'esclavage? De tels avantages sont aussi grands qu'assurés , et il ne paraît pas qu'aucun esprit de secte en entrave le développement; c'est-ce que nous nous faisons un devoir d'attester ici de la manière la plus positive. Que quelques missionnaires, individuellement, et tant qu'ont duré le long conflit et les difficultés auxquels ils ont été en butte, ne se soient pas toujours renfermés strictement dans les limites de la prudence et de la modération , c'est ce que nous admettons sans peine ; et nous-mêmes en connaissons quelques exemples. Mais qu'est-ce que ces légers torts, quand on les compare à l'heureuse influence de ces hommes pieux sur les progrès du bien-être temporel et spirituel de toutes les classes? Pendant un grand nombre d'années, les noirs de la Jamaïque n'ont point eu d'amis ni plus fermes, ni plus infatigables, que les missionnaires baptistes. Point de me-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  
Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement