Page 211

LA

95

JAMAÏQUES

1

Le 10 du troisième mois (mars), nous avions projeté un voyage sur la cote nord, et nous partîmes de Kingston dans deux voitures découvertes; nous étions cinq Amis

parfaitement unis

d'opinions et de sentiments. J. M. Philippe et sa femme poussèrent l'obligeance jusqu'à vouloir nous servir de guides pendant la première journée. Nous crûmes nous apercevoir que ce zélé missionnaire exerçait sur la population ouvrière de Spanishtown beaucoup plus d'influence qu'aucun des habitants de cette ville, et nous ne craignons pas d'affirmer, d'après nos propres observations, que cet ascendant est un bienfait non moins grand pour le planteur que pour le travailleur. Les difficultés ne lui ont pas manqué, mais il les a surmontées ; il est parvenu à se placer dans une situation aisée, comparativement, et à se rendre extrêmement utile. Il n'a pas moins de huit stations missionnaires et autant d'écoles sous sa direction ; et, comme ses frères des autres quartiers de l'île, il est entouré de l'amour et du respect de la population. Les derniers rapports portent à vingt-six mille les membres de la communion des baptistes de la Jamaïque, et à vingt-deux mille ceux de la communion méthodiste, indépendamment du grand nombre d'individus qui, sans être formellement inscrits, fréquentent les chapelles des

13.

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement