Page 199

LA

JAMAÏQUE.

183

noncer à leur dîner, et à le remplacer par une souscription consacrée à la reconstruction du bâtiment incendié. A cet effet, ils parvinrent à recueillir entre eux une somme considérable, beaucoup plus de

100

l. st., autant

que je

puis me rappeler; et depuis, c'est-à-dire, trois mois après, contents de leur situation et de la manière dont tout se passait autour d'eux, ils crurent pouvoir se permettre la jouissance de ce dîner si généreusement ajourné. D'une voix unanime, ils m'ont chargé de porter l'expression de leur respect et de leur affection à Thomas Clarkson et à Thomas Fowell Buxton, les deux hommes à qui, plus qu'à tous autres peut-être, ils étaient redevables des instants heureux qu'ils venaient de goûter. Dans le cours de cette délicieuse tournée, j'ai remarqué plusieurs oiseaux tout à fait nouveaux pour moi; le pivert de la Jamaïque, au plumage agréablement mélangé de rouge, de noir et de vert; le toady, d'un vert éclatant, de la taille d'un petit roitelet, à gorge écarlate ; un oiseau un peu plus gros, assez ressemblant à un rouge-gorge, vert et pourpre; et le plus petit des oiseaux,

s'y

tant est qu'on puisse lui

donner ce nom, l'oiseau-mouche, dont le volume est exactement celui d'une chétive abeille,et qui s'en rapproche beaucoup pour les allures

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement