Page 194

178

LA JAMAÏQUE.

tant de créations de la liberté. Chemin faisant, nous ne cessions de rencontrer des habitants de la campagne, avec de grands paniers en équilibre sur leurs têtes; c'étaient des fruits et des légumes qu'ils portaient au marché de Spanishtown. Tous nous saluaient amicalement et avec ce sourire qui annonce des gens Contents de leur sort. Le ministre était de leur connaissance; plusieurs d'entre eux avaient assisté à la réunion abolitioniste et en conservaient la plus agréable impression. On ne saurait se faire une idée de la décence et de la politesse de ces hommes, esclaves encore il y a si peu de temps. Nous passâmes quelques heures à la station baptiste de Sligoville, située sur une haute colline , et entourée de cinquante acres de terre de montagne très-fertile. Cette propriété est divisée en cent cinquante petits terrains, dont cinquante ont déjà été vendus aux nègres émancipés, et ont offert fort à propos un refuge à beaucoup de travailleurs que les mauvais traitements ont chassés de leurs anciennes demeures. Les uns y ont construit de bonnes chaumières, les autres seulement des huttes temporaires, et d'autres étaient à préparer le terrain pour y bâtir. Leurs jardins étaient déjà déblayés ou près de l'être; un certain nombre étaient même déjà en pleine culture. Jamais , je le crois, une bêche n'avait été

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement