Page 192

176

LA JAMAÏQUE

donnez la liberté à elle-même, et tout ira bien. Ces idées au sujet de l'émancipation ont reçu la plus agréable confirmation de quelques estimables missionnaires de l'Église écossaise, établis dans la paroisse ou le comté de Sainte-Marie. Dans ce quartier on a adopté, pour les loyers et les salaires, un système qui les rend tout à fait indépendants l'un de l'autre, et aucune gène n'y empêche le travailleur de louer ses bras là où il veut et au prix qui lui convient. La conséquence nécessaire de cet arrangement devait être et a été de prévenir les différends, et le travail marche à souhait. La somme d'ouvrage qu'on obtient aujourd'hui d'un homme libre est bien supérieure à ce qu'on pouvait autrefois tirer de l'esclave. Pour ce qui concerne, par exemple, le creusement des fosses destinées à recevoir les cannes ou les cafiers, le nègre émancipé fait en un jour le double de la besogne de l'esclave. A l'égard de l'entretien des routes, quatre barils de pierres était tout ce que cassait couramment chaque ouvrier sous l'esclavage ; aujourd'hui que ce travail est à la tâche, celui-là est un homme débile qui n'en remplit que quatre barils; l'homme vigoureux en fournit de dix à douze. Nous nous rendîmes ensuite chez Charles-Nicolas Palmer, ci-devant membre du parlement pour le comté de Surrey, qui s'était trouvé avec

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement