Page 191

LA

JAMAÏQUE.

175

pour une tournée dans les autres quartiers de l'île. Il en résulta que, pendant notre séjour à Spanishtown, nous ne pûmes nous mettre en rapport qu'avec un petit nombre de fonctionnaires; mais nous fûmes dédommagés, autant que possible, de ce contre-temps, par les communications que nous eûmes avec Richard Hill, secrétaire du département des magistrats salariés. C'est un homme de couleur auquel, pendant les débats et sous l'empire des préjugés relatifs à la cause des nègres, les plus violents, parmi les avocats de l'esclavage, avaient coutume de donner le nom de vipère noire ; mais son honnêteté reconnue, ses talents et son intelligence des affaires publiques lui ont mérité le respect et la confiance de la colonie. On lui a même offert, nous a-t-on dit, le gouvernement de Sainte-Lucie, place qu'il a cru devoir refuser, dans la crainte que sa couleur ne l'exposât à des insultes. II a l'opinion la plus avantageuse des effets de la liberté à la Jamaïque, et il la fonde sur la connaissance la plus approfondie et la plus minutieuse de ce sujet. 11 ne craint qu'une chose, c'est qu'une inégalité légale et des traitements contraires à l'équité n'entravent l'essor puissant et les heureuses conséquences naturels au nouvel état de choses. En cela nous sommes entièrement de son avis ; aban-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement