Page 183

LA

JAMAÏQUE.

167

à nos regards; c'étaient, d'un côté, les collines, les plaines, la mer dans l'éloignement, avec les palissades, la ville de Port-Royal et le port de Kingston; de l'autre, de profonds ravins et des vallées couvertes de forets, derrière lesquelles s'élevaient les montagnes Bleues. Nous ne pouvions plus nous étonner que Colomb, dans son temps, eut tant de plaisir à contempler les paysages de la Jamaïque. A Bloxburg, nous trouvâmes un Écossais, aimable jeune homme, chargé seul de régir une vaste cafeirie appartenant à Park et Hall, de Liverpool. Il nous dit qu'il occupait quatre-vingtdix travailleurs qui se comportaient aussi bien que ceux d'aucune des habitations voisines les mieux servies, et qu'il croyait pouvoir compter, pour l'avenir, sur une augmentation de produits. Il paraît, toutefois, qu'il avait eu avec ses gens quelques fâcheux démêlés au sujet des loyers et des salaires, ce qui n'annonçait pas une administration parfaitement éclairée. Un fait qu'il est peut-être à propos de signaler ici, c'est que la grande majorité des habitations de la Jamaïque est entre les mains de propriétaires absents et fixés en Angleterre. Elles sont en conséquence abandonnées aux soins de fondés de pouvoir ou représentants des propriétaires; et un seul fondé de pouvoir entre

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement