Page 176

160

LA JAMAÏQUE.

pas adonnés à l'intempérance, mais quelquesuns d'entre eux aiment à avoir ces diverses sortes de boissons dans leurs chaumières, tant pour leur propre usage, lorsqu'ils ont fait un travail un peu rude, que pour régaler leurs amis. C'est un luxe qui, nous l'espérons, ne tardera pas à faire place à des jouissances domestiques d'une nature plus recommandable. Leurs jardins sont très-productifs, et leur donnent quelquefois un revenu net de 20 et même 25 l. st. Ce sont en général des hommes intelligents, d'une conduite décente, très-éveillés sur leurs intérêts, et qui ne cessent de s'éclairer de plus en plus chaque jour sur tout ce qui s'y rattache. De retour à Kingston , nous dînâmes avec un petit nombre de planteurs et de négociants, chez; notre ami Georges Atkinson, lui-même au premier rang des gérants et des planteurs. Chacun d'eux nous fit un rapport favorable sur la conduite des nègres employés sur son habitation. Les hommes d'expérience tirent un bon augure de l'amélioration qui s'est déjà manifestée dans les affaires pendant les derniers mois, et fondent sur les motifs les plus solides l'espoir qu'ils conçoivent de la prospérité future de la colonie. Je suis avec respect, etc.

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement