Page 175

LA

JAMAÏQUE.

159

avoir acheté quelques portions de terre d'une excellente qualité, s'y étaient établies, et s'étaient construit ou se construisaient des chaumières propres et commodes. Nous fûmes charmés d'apprendre que les hommes de ce village travaillent encore à la journée sur les habitations voisines. Notre ami Manning nous accompagnait, et les habitants le prièrent avec instance de les aider à obtenir quelque arrangement permanent pour un service religieux qui aurait lieu une fois par semaine. Tout, dans ce village, nous paraissait annoncer la prospérité et le contentement. « Si j'allais chez loi, » dit quelqu'un de notre compagnie à un jeune nègre, homme marié, qui nous servait de guide pour passer une des gorges de la montagne, « combien trouverais-je de dollars dans ta bourse? Voyons, en trouveraisje bien cinq ? »—« Oui, Monsieur, répondit-il, et vraiment ce n'est pas grand'chose. » Combien peu de nos ouvriers en Angleterre pourraient montrer dans leur bourse vingt shellings d'économies! Telle fut la réflexion qui nous vint à l'esprit dans cette circonstance. « Combien dépenses-tu à la fois pour ta boisson? » — « Une livre. Monsieur,» c'est-à-dire douze shellings sterling; c'est ce qu'il en coûte à notre homme pour une provision de vin, porter, etc., qui ne lui dure que six semaines. Ces gens ne sont cependant

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement