Page 167

LA

JAMAÏQUE.

151

du mal. C'est une de ces superstitions qui, bien que moins dominantes qu'autrefois, existent encore dans quelques cantons; et les nègres, privés comme ils le sont de tous les secours de la médecine régulière, ont quelquefois recours à ces charlatans, au grand péril de leur vie. Or, la journée tout entière était consacrée par les travailleurs à la décision de ce grand procès, non toutefois sans s'être engagés à dédommager leur maître, en lui donnant deux des jours ordinairement réservés pour leurs propres affaires. Le myaliste, jeune homme de dix-huit à vingt ans, d'un noir de jais, et habillé avec toute la recherche et la précision de la mode, fut amené devant notre ami Manning, pour subir un interrogatoire en présence de plusieurs hommes et d'une foule de femmes. Il avoua, sans se faire prier, sa profession de nécromant, et, comme une preuve de ses succès, présenta deux malheureuses femmes, l'une malade de la fièvre, l'autre rongée de lèpre, qu'il prétendait avoir guéries. Cette justification fut regardée comme sans réplique par tous les assistants, qui accueillirent fort mal la déclaration franche que nous crûmes devoir faire de notre peu de foi au myaliste. « Cela est fort mal, disaient-ils, trèsmal. » Nous ne pûmes voir sans être peines la crédulité opiniâtre de ces pauvres gens; mais ce

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement