Page 157

LA

JAMAÏQUE. 141

sâmes derrière nous Saint-Domingue, à la pointe Gravois , poursuivant en ligne directe notre route pour la Jamaïque, à travers une mer ouverte de toutes parts. Au milieu de la nuit, le capitaine nous appela sur le pont pour observer un arc-en-ciel lunaire. Il était d'un jaune pâte, formant un arc parfait d'une étendue immense, et très-prononcé. Le lendemain , nous arrivâmes en vue de la Jamaïque, et grande fut notre joie à la première apparition de ses montagnes bleuâtres, dont quelques chaînes se montraient à distance sur la pointe Morant, qui forme l'extrémité la plus orientale de l'île. Nous mouillâmes pendant la nuit devant cette pointe ; et le lendemain matin, ayant pris un pilote, nous nous dirigeâmes vers Kingston. Nous côtoyions à l'E. les plaines de Saint-Thomas, qui offraient à nos yeux tout ce qui annonce une grande fertilité et une culture bien entendue; nous nous plaisions aussi à observer dans le petit havre de Port-Morant quelques gros bâtiments de commerce, attendant, suivant toute apparence, leur cargaison de sucre accoutumée. Nous pouvions alors distinguer clairement les montagnes bleues qui forment le fond de ce tableau , et dont le pic le plus élevé n'a pas moins de huit mille pieds au-dessus du niveau de la mer; paysage délicieux dont nous ne pouvions nous rassasier. La mer,

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement