Page 156

l40

LA

JAMAÏQUE.

Prince par la route des montagnes, de présenter nos respects au président Boyer, et de regagner ensuite notre bâtiment ; mais il ne fallait plus songer à ce projet, ou pour mieux dire peutêtre, à cette fantaisie, et il ne nous restait plus d'autre parti à prendre que de continuer notre chemin pour la Jamaïque. Nous ne tardâmes pas à reconnaître que nos affaires s'étaient en quelque sorte arrangées d'elles-mêmes, beaucoup mieux que par nos propres combinaisons ; car, si nous eussions débarqué à Haïti, le temps nécessaire nous eût manqué pour l'accomplissement de quelques devoirs dont nous sentîmes toute l'importance, quand nous fûmes à la Jamaïque. Notre bâtiment fendait l'onde à l'aide d'une brise favorable; le temps était clair, la mer d'un bleu magnifique, et nous pouvions contempler en passant la cote d'Haïti, bordée d'une ligne circulaire de montagnes couvertes de forêts, et qui, dans plusieurs endroits, s'abaissent brusquement jusqu'à la mer, comme une muraille de roches blanchâtres. Au S. de cette côte est une petite île toute verdoyante, appelée l'île des Vaches, et qui, étendue sur les flots comme un tapis, est battue de toutes parts par les vagues écumantes. Le soleil allait disparaître, lorsque nous lais

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement