Page 139

LA

DOMINIQUE.

123

braves gens sont d'une probité remarquable, et l'on peut, sans aucun risque, transporter d'une extrémité de l'île à l'autre, les sacs de petites monnaies destinées aux payements de chaque semaine. Dans les premiers temps de l'apprentis sage, le nombre des punitions, dans son quartier, s'élevait par mois à soixante-dix; elles sont réduites aujourd'hui à une moyenne de deux seu lement. Un constable invalide suffit pour maintenir l'ordre dans tout le quartier. Dans cette colonie de 20,000 âmes, observe le même magistrat, dans un de ses derniers rapports à sir William Colebrooke, il se commet peut-être moins de crimes que dans aucune autre partie quelconque des possessions de Sa Majesté. D'autres magistrats salariés nous ont tenu le même langage, notamment William Lynch, homme de couleur plein d'intelligence et d'activité, qui s'est acquis une haute considération par la fermeté avec laquelle il a défendu les droits des travailleurs. Accompagnés de ce magistrat et, comme auparavant, de Fillan et de Bellot, nous consacrâmes la journée suivante à une excursion à la Soufrière sur la cote Nord. Une course de quelques milles à travers une antre vallée dont nous admirâmes la richesse, nous conduisit à Genève, grande sucrerie appartenant à William B. Lockart.

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement