Page 138

122

LA

DOMINIQUE.

à la hauteur de vingt et même de trente pieds, et qui, dominant tout le paysage, balance au vent son feuillage d'un vert brillant, et léger comme la plume. Après une chevauchée de plusieurs heures, nous nous trouvâmes en pleine nuit, et ce ne fut pas sans plaisir que nous reprîmes le chemin de notre logis. Nous passâmes ensuite une soirée des plus agréables chez le gouverneur. Le lendemain, premier jour de la semaine, nous tînmes nos réunions du matin et du soir, dans la salle des Méthodistes. A celle du soir assistèrent le gouverneur et son épouse, une grande partie des habitants de Roseau, et bon nombre d'autres personnes de toute couleur et toute nuance. Comme la différence des partis ne laisse pas de troubler la colonie, on approuvera, nous l'espérons, les efforts que nous fîmes dans cette circonstance pour arborer l'étendard de la charité et de l'unité chrétiennes. « Il n'y aura qu'un troupeau et qu'un pasteur. » Notre ami Joseph Philips, magistrat salarié, qui habite un quartier éloigné de l'île, a bien voulu se déranger pour nous voir, et nous lui devons une foule de renseignements d'un grand intérêt et propres à encourager nos espérances; ceux qu'il nous a donnés sur la conduite des travailleurs libres ne laissent rien à désirer. Ces

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement