Page 132

116

LA

DOMINIQUE.

parfaite et d'une grande libéralité de vues. Dans un voyage qu'il fit en

Portugal, il fut un jour

condamné à deux mois de prison pour avoir refusé de s'agenouiller devant l'hostie. En Grèce, il ne cessa de s'occuper, avec autant d'habileté que de succès, de tout ce qui regarde l'instruction; et à la Dominique il s'est montré, au milieu d'obstacles de toute espèce, le plus intrépide défenseur des droits du nègre. Je regrette de n'être pas à même de te présenter nos amis Fillan et Bellot. Le premier, avec sa tète couverte de la laine des Africains, est un jeune homme doué d'une rare énergie physique et morale, brûlant d'enthousiasme pour la cause de la religion et de l'humanité, mais naturellement un peu trop enclin peut-être à mener joyeuse vie. C'est une plante qui a crû dans toute la liberté de la nature, et qui ne pourrait que gagner à quelques coups de serpe; il me rappelait souvent ces paroles de Quintilien dans son livre sur l'institution de l'orateur : Des quod amputem,

Donnez-moi quelque chose à émonder. En

traçant ici ce portrait de notre ami Fillan, au risque de lui déplaire, j'ai cru parler en faveur de la race à laquelle il appartient. Quant à Bellot, c'est un homme intelligent et bien élevé; il est membre de la législature et jouit d'une grande considération dans la colonie. A notre retour de

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement