Page 131

LA

DOMINIQUE.

115

bonté, dont nous ne jugeâmes pas à propos de profiter pour cette nuit; mais le lendemain matin, ils vinrent nous renouveller leurs offres, et nous conduisirent dans une maison propre et commode, celle de Maria Dalrymple, femme de couleur et respectable matrone méthodiste, qu'ils avaient coutume, eux et beaucoup d'autres habitants, d'appeler leur Mère, et cela non sans d'excellentes raisons. Cette dame nous fit l'accueil le plus cordial, et nous trouvâmes chez elle le lit et la table, et toutes les commodités que nous pouvions désirer pendant tout le temps de notre séjour dans l'île. Après avoir déjeuné de bon appétit et fait quelques dispositions indispensables, nous nous rendîmes à l'hôtel du Gouvernement, où nous présentâmes nos respects à Mc Phaèl, lieutenant-gouverneur. Nous savions l'accueil plein de bonté que quelques missionnaires, membres de notre société, avaient reçu de lui et de son épouse, lorsqu'il était gouverneur de Sainte-Maure, et nous trouvâmes auprès de lui la même obligeance et la même cordialité. Il nous arriva souvent de jouir chez eux des douceurs de la plus aimable hospitalité, et c'était pour nous une vive satisfaction de nous asseoir à leur table avec des blancs et des hommes de couleur qu'ils y admettaient sans distinction aucune. Le major est un homme d'une intégrité 8.

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement