Page 127

LA

DOMINIQUE.

111

approfondie, se résume dans son rapport en conseillant, non pas des mesures graduelles, non pas un système de temporisation, mais l'abolition immédiate de l'esclavage. Ce qui a surtout excité l'attention des commissaires français, et je le tiens d'eux-mêmes, c'est le résultat de l'expérience d'abolition faite dans les colonies anglaises voisines des leurs; et il n'y aurait pas lieu de s'étonner que les admirables effets de la liberté à Antigoa, où la révolution s'est opérée sans aucune espèce d'apprentissage préalable, fussent précisément ce qui les a amenés à cette conclusion. Néanmoins, l'apprentissage, tel qu'il a existé dans les autres colonies anglaises des Antilles, ne saurait être regardé comme une bonne préparation à la liberté; et peut-être l'argument le plus fort en faveur du système recommandé par les commissaires, pourrait être tiré du parallèle entre Antigoa et la Dominique. Jamais deux colonies n'ont présenté un contraste plus frappant que celles-ci dans toutes les conditions de leur existence. Antigoa est une île aride, arrosée uniquement par les eaux du ciel, cultivée, à peu de chose près, sur tous les points de son territoire susceptibles de l'être; le reste n'offre qu'une terre sauvage et de peu de valeur. La Dominique, au contraire, est sillonnée par une multitude de petits ruisseaux qui

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement