Page 121

ANTIGOA.

105

de sécheresse, dont une excessivement désastreuse. Ce compte est admirablement couronné par les relevés de 1839; les voici : sucre, 22,383 barriques, c'est-à-dire 10,000 au-dessus de la dernière moyenne de l'esclavage; mélasse 13,433 poinçons, également 10,000 au-dessus de la même moyenne, et, différence non moins précieuse, quoiqu'en sens inverse, seulement 582 poinçons de rhum! Un fait qui dispense de toute autre preuve, c'est que dans la sixième année de la liberté, après cinq ans d'essais, les exportations d'Antigoa en sucre se sont élevées, à peu de chose près, au double de la moyenne des cinq dernières années de l'esclavage. Eh bien, quelles mains ont donc préparé et réalisé cette immense récolte ? Les mains de cette race ingouvernable et paresseuse, car c'est ainsi qu'on l'a souvent dépeinte, les mains des nègres. Et quel est l'aiguillon qui a opéré ce prodige? L'appât, uniquement l'appât d'un médiocre salaire. Le soir de notre départ, le gouverneur nous fit à notre hôtel une visite d'adieu , et parut goûter une vive satisfaction à nous communiquer de lui-même ses vues sur le régime colonial, vues admirables, frappantes de justesse, et toutes fondées sur l'immuable base des principes chrétiens. Notre brick était alors revenu de St-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement