Page 118

102

ANTIGOA.

grevées ont été balayées; et notre ami, autrefois à moitié esclave lui-même, comme tous les propriétaires d'esclaves, fait chaque jour un pas de plus vers le bien-être et la liberté. Chemin faisant, nous rencontrâmes une noce de noirs; les deux époux étaient de simples ouvriers de l'habitation. Le marié portait un habit bleu et un joli gilet, une épingle à sa chemise, un pantalon blanc et des bottes à la Wellington ; la mariée avait sur son bonnet de dentelles un énorme chapeau de soie rose, une robe de mousseline blanche avec des manches à la mode! Nous passâmes ensuite chez le docteur Daniel, président du conseil, jurisconsulte eminent et jouissant d'une considération générale. Il fut le premier à nous assurer qu'il n'avait qu'à se louer des travailleurs qu'il employait sur les propriétés dont il avait la gestion, et que les frais étaient beaucoup moins élevés qu'au temps de l'esclavage. On voit donc ici encore que la grande expérience, cette expérience si terrible, au dire de tant de gens, avait pour résultat une économie notable, et par conséquent une augmentation de profit et un accroissement dans la valeur de la propriété. Une autre semaine venait de finir; dans la soirée du premier jour, malgré une indisposition qui m'était survenue, une troisième réunion de culte eut lieu dans la chapelle des méthodistes. Tou-

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Profile for scduag
Advertisement