Page 116

100

ANTIGOA.

renient qu'elle en comprenait toutes les paroles et était fortement pénétrée de tout ce qu'elles exprimaient. Dans le cours de notre excursion, nous visitâmes l'habitation de Cedar-Valley, que nous trouvâmes dans le meilleur ordre et dans la situation la plus prospère. Le gérant, James Bell, nous donna à cet égard les renseignements les plus satisfaisants : « Aujourd'hui, nous ditil, on vient plus aisément à bout de toutes les affaires de l'exploitation, que de l'administration seule de l'hôpital, avant l'émancipation. » Nous nous rendîmes ensuite à un petit hôpital confié aux soins du vicaire, et où l'on reçoit des lépreux, hommes et femmes. La lèpre sèche qui ronge par degrés les extrémités du corps, et souvent s'attache au visage, est une maladie incurable, dit-on, à laquelle sont très-sujets les noirs des Antilles, bien qu'elle ne les attaque pas exclusivement. Ces malheureuses victimes trouvent dans cet hôpital les soins physiques et les secours religieux dont elles ont besoin. Ils nous parurent aussi contents qu'ils pouvaient l'être dans leur triste situation, et écoutèrent avec sensibilité les exhortations et les paroles de sympathie que nous leur adressâmes. Le soir, les nègres qui composent le troupeau de notre ami Halberton s'assemblèrent dans une grande salle de l'école et firent preuve de la plus pieuse

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Un hiver aux Antilles en 1839-40  

Auteur : Joseph-John Gurney / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Ant...

Advertisement